Dr Philippe Loriaut | Chirurgie Orthopédique | Traumatologie du Sport | Tél. 01 86 95 49 76 |contact@ChirurgienOrthopedisteParis.com

Les semelles 3D, un réel progrès pour vos pieds.

Des semelles orthopédiques plus fines, avec plus de précision et de meilleures performances : l’impression en 3D a permis un réel progrès pour les patients.

impression de semelles orthopédiques en 3D

Les semelles orthopédiques, ou orthèses plantaires sont réalisées sur mesure par un podologue.

Elles sont indiquées pour corriger des déformations ou soulager des douleurs dans différentes pathologies telles que :

Elles peuvent contribuer,  en complément d’un traitement médical ou chirurgical et d’une rééducation, à soulager certaines :

  •  gonalgies (douleurs de genou)
  • coxalgies (douleurs de la hanche)
  • rachialgies (douleurs du dos) ou lombalgies basses

Pour les sportifs

Pour les sportifs, elles peuvent aider à prévenir ou soulager certaines tendinopathies,  en particulier au niveau du tendon d’Achille et du genou (tenseur de facia lata, patte d’oie, tendon rotulien) ou même être utilisées comme protection préventive pour la reprise sportive après une fracture de fatigue.

Pour les seniors

Elles sont utilisées dans les différentes pathologies et déformations anatomiques qui apparaissent avec le temps.
Elles permettent également d’améliorer la stabilité à la marche des séniors.

Comment sont réalisées les orthèses plantaires en 3D ?

le bilan podologique et postural

Le bilan podologique, d’une durée d’environ 30 minutes, comprend :

  • un entretien approfondi avec le patient : motifs de la visite, antécédents, activités pratiquées, manière de se chausser, etc.
  • un examen du pied, avec observation de la couleur de la peau,de la vascularisation, des hyperkératoses, de la morphologie et une palpation pour identifier les douleurs éventuelles.
  • un examen statique, pour évaluer la mobilité et l’amplitude des différentes articulations du membre inférieur
  • un examen sur une plate forme podo-barométrique, pour mesurer la répartition des charges en statique et dynamique, et la stabilométrie du patient en statique
  • un examen biomécanique de la marche, pour étudier les différentes phases du déroulé du pas et identifier les causes mécaniques de la pathologie
  • un examen de la chaussure, ou les traces d’usure renseignent sur la façon de marcher du patient.

la réalisation de l’empreinte du pied

Le podologue place le pied du patient en contact avec un scanner 3D qui reproduit avec précision les reliefs de la plante du pied.

Il place ensuite des points de repère sur l’image ainsi créée pour calibrer le logiciel.

modelisation de la semelle en 3D

Avec un logiciel de modélisation 3D, le podologue met en place les corrections thérapeutiques souhaitées dans le fichier numérique :

Il décide du degré de rigidité (entre 20 et 70 shore A) à appliquer individuellement pour chacune des 14 zones paramétrables zones de la semelle (soit plus de 2000 milliards de combinaisons possibles).

Il choisit la finition du talon : fond plat au talon 50% pour apporter de la stabilité dans un espace limité ou fond plat 100% (talon et bande externe plats) pour les chaussures ouvertes.

Il peut corriger l’axe/l’angulation de la cheville (pied vers l’intérieur ou pied vers l’extérieur) en ajoutant un stabilisateur avec orientation de -5° varus à +10° valgus pour apporter de la stabilité et corriger la déformation.

Il est également possible d’ajouter des éléments de correction en relief, de créer des zones de décharge sous les orteils, un évidement sous le talon pour plus d’amorti.

Il va de soi que quelle que soit la qualité de la numérisation, le résultat final dépendra de l’expertise du podologue et de la pertinence de son diagnostic.

Impression des orthèses plantaires par processus additif 3D, communément appelé Impression 3D

Le fichier numérique, une fois validé, est transmis à un prestataire spécialisé équipé d’un parc d’imprimantes 3D.

L’impression 3D des semelles est réalisée à partir de poudre polyamide (Nylon) PA12, un matériau biocompatible.

La technologie d’impression 3D utilisée est le frittage de poudre (SLS ® : Selective Laser Sintering). Plusieurs couches de matière successives viennent s’ajouter les unes sur les autres, entrecoupées d’une polymérisation par laser afin de durcir et de lier la matière dans l’enceinte de la machine chauffée à environ 200°C.

L’orthèse reçoit ensuite recouvrements (couche supérieure, semelle de propreté) dans un matériau adapté  : PE + cuir microfibre pour un usage ville ou semelles de propreté haut de gamme en Polyuréthane à cellules ouvertes, pour un usage sportif.

Tous les recouvrements proposés sont antimicrobiens et se lavent très facilement sans perdre leurs caractéristiques ni leur forme.

différents recouvrements pour les orthèses 3D

Contrôle de l’adaptation de l’orthèse sur le patient.

Une fois l’orthèse fabriquée et livrée, le podologue l’adapte aux chaussures du patient et peut si besoin procéder à des ajustements.

Un bilan de contrôle de la bonne adaptation aux orthèses ainsi que de l’efficacité des réglages est réalisé de manière quasi systématique après plusieurs semaines d’utilisation.

Le podologue a également un rôle important de conseil pour le choix des chaussures adaptées tant pour la ville que pour l’activité sportive.

Quels sont les avantages du procédé d’impression des semelles en 3D ?

la précision

La précision de la prise d’empreinte est de l’ordre du 1/10° de millimètre et cette extrême précision est conservée dans toutes les phases de façonnage et de fabrication de l’orthèse.

Ces orthèses permettent une meilleure symbiose avec la morphologie du pied, un maintien efficace et une excellente assise du talon jusqu’à l’avant pied.

plus de temps pour le diagnostic

La conception en 3D entraîne un gain de temps sur la phase de fabrication de l’orthèse (habituellement une trentaine de minutes) ce qui permet au podologue de consacrer plus de temps au diagnostic.

La prise d’empreinte peut désormais avoir lieu en dehors du cabinet du podologue ( à domicile pour les patients à mobilité réduite).

Rapidité

Le patient peut être équipé de semelles dans un délai très court, habituellement moins d’une semaine, ce qui lui permet d’être soulagé plus rapidement.

finesse des orthèses 3D

De meilleures performances mécaniques

  • Plus dynamique : le comportement du matériau imprimé en 3D PA12 est beaucoup plus dynamique et élastique que la plupart des matériaux traditionnellement utilisés pour la fabrication d’orthèses (mousses, gels, résines,…). Le comportement élastique de l’orthèse permet de traduire l’énergie absorbée au choc dans un rebond lors du déroulé du pas pour une meilleure efficacité et de meilleures performances.
  • Plus légère : moins de 10g pour la partie imprimée
  • Plus respirante : avec ses alvéoles et un recouvrement OrthoLite, la semelle devient respirante
  • Permet une bonne répartition des pressions même sur une épaisseur réduite avec les recouvrements Ortholite.

Durabilité

Ces propriétés mécaniques restent stables au cours du temps.

une plus grande finesse

La finesse de ces semelles (dès 1,5 mm) permet un usage dans certaines chaussures de sport avec un faible volume chaussant (chaussures de ski de fond, chaussures de foot ou de rugby, basket, etc.).
Cette finesse qui peut aussi être très intéressante pour les chaussures féminines.
Des semelles plus fines, un avantage pour certaines chaussures de sport et les chaussures féminines.

Reproductibilité

Grâce au fichier numérique, le patient peut également bénéficier de plusieurs orthèses adaptées à différentes chaussures, à différentes activités …
Pour les sportifs de haut niveau, l’impression 3D permet de reproduire des paires d’orthèses identiques.
Le praticien peut également faire évoluer son traitement de manière très précise pour tendre vers une optimisation des performances d’une paire sur l’autre.

Le logiciel permet une traçabilité totale des modifications successives

L’empreinte est archivée dans un fichier numérique qui peut être si besoin réutilisé pour créer de nouvelles versions de l’orthèse plantaire.

Quel coût, quelle prise en charge par l’Assurance Maladie et les mutuelles ?

Les orthèses réalisées par impression 3D sont soumises à la législation du dispositif médical de classe 1 sous contrôle de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et sont remboursées par l’Assurance Maladie et les mutuelles dans les mêmes conditions que les orthèses réalisées avec des techniques traditionnelles.

Parlez-en à votre chirurgien orthopédiste qui pourra vous prescrire des semelles orthopédiques en 3D à faire réaliser par un podologue spécialisé.

Remerciements à Yves Bensimon, podologue et à Scientifeet.

2018-07-29T13:03:01+00:0011 novembre 2017|