Acromioplastie sous arthroscopie – conflit sous-acromial

L’acromioplastie sous arthroscopie consiste à enlever une épaisseur d’os excessive de l’épaule (conflit sous-acromial) causant une inflammation des tendons.

douleur de l'épaule docteur philippe loriaut

L’acromioplastie sous arthroscopie est une opération mini-invasive pour traiter les douleurs du conflit sous-acromial.

Le conflit sous-acromial correspond à un frottement excessif entre les tendons de la coiffe des rotateurs (en particulier le tendon supra-épineux), le bord antérieur de l’acromion et le ligament acromiocoracoïdien lors du mouvement d’élévation du bras.

Ce conflit sous-acromial de Neer entraîne une inflammation douloureuse (tendinite) et une fibrose (tendinopathie) des tendons de la coiffe des rotateurs associées à une inflammation de la bourse sous-acromiale (bursite) de l’épaule.

Le développement du conflit semble avoir des causes multiples :

  • un surmenage professionnel ou sportif, notamment du fait d’activités répétitives le bras en l’air
  • une épaisseur excessive d’un os (l’acromion) avec une forme en bec agressif
  • la formation de becs osseux (ostéophytes) au niveau de l’articulation acromio-claviculaire qui agressent le tendon
  • une fragilisation progressive des tendons de la coiffe de cause génétique.

Si le conflit sous-acromial n’est pas traité efficacement, il peut évoluer et entraîner une rupture des tendons de la coiffe des rotateurs.

Des douleurs persistantes de l’épaule peuvent être liées à d’autres facteurs, comme une inflammation de la longue portion du biceps ou une arthrose de l’articulation acromio-claviculaire.

conflit sous-acromial : activités répétitives le bras en l’air

Anatomie de l’épaule

anatomie de l'épaule acromioplastie sous arthroscopie

Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

L’épaule est une articulation complexe qui permet une très grande mobilité dans les trois plans de l’espace.

L’épaule est composée de trois os :

  • L’humérus, l’os du bras
  • La scapula, ou omoplate, l’os situé sur la partie postérieure et supérieure du thorax.
  • La clavicule, un petit os situé sur la partie antérieure et supérieure du thorax.

qui forment 3 articulations principales :

  • acromio-claviculaire unit la clavicule et l’acromion, une saillie osseuse de la scapula.
  • sterno-claviculaire unit la clavicule et la partie supérieure du sternum
  • scapulo-humérale : la tête sphéroïde de l’humérus s’insère dans la glène (ou cavité glénoïdale) de la scapula.

et deux espaces de glissements qui permettent une grande mobilité de l’épaule :

  • scapulo-thoracique entre la scapula et le thorax
  • sous-acromial, localisé sous l’acromion et au-dessus de l’humérus.

Elle comprend également de nombreux muscles, en particulier les muscles scapulo-huméraux, muscle deltoïde et grand rond, ainsi que les muscles de la coiffe des rotateurs : supraépineux, infraépineux, scapulaire et petit rond.

Les muscles de la coiffe des rotateurs permettent de maintenir la tête de l’humérus insérée dans la glène de la scapula.

Avant une opération d’acromioplastie sous arthroscopie

Comment diagnostiquer un conflit sous-acromial ?

diagnostic du conflit sous-acromial : le test de Neer

© Wikimedia

Le diagnostic

Le chirurgien réalise en consultation un examen complet de l’épaule.

Il utilise plusieurs tests (test de Yocum, de Neer, de Jobe….) qui consistent à fermer l’espace sous-acromial.

Lorsque ces tests déclenchent une douleur, ils confirment le diagnostic de conflit sous-acromial et de souffrance des tendons de la coiffe.

Il recherche également d’autres anomalies du fonctionnement de l’épaule.

Un bilan d’imagerie complet est réalisé :

  • une radiographie pour évaluer l’état des os et la présence d’éventuels défauts de position de l’articulation : elle confirmera le plus souvent la présence d’un bec acromial agressif ou acromio crochu et la présence éventuelle d’ostéophytes de l’articulation acromio-claviculaire.
  • un IRM pour évaluer l’état des tendons de la coiffe et l’état du cartilage

Ce bilan permet donc de confirmer le diagnostic et de planifier le déroulement de la chirurgie.

Le tabagisme augmente le risque de complications chirurgicales : complications respiratoires, cardiovasculaires, infectieuses, troubles de la cicatrisation et de la consolidation osseuse... Complications qui prolongent la durée d'hospitalisation chez les fumeurs. Il est très important de commencer un sevrage tabagique 6 à 8 semaines avant l'intervention, éventuellement avec l'aide d'un tabacologue qui pourra prescrire des substituts nicotiniques et/ou un traitement médicamenteux.

Le tabagisme augmente le risque de complications chirurgicales : complications respiratoires, cardiovasculaires, infectieuses, troubles de la cicatrisation et de la consolidation osseuse...

Quels sont les traitements possibles d’un conflit sous-acromial ?

Pourquoi une acromioplastie ?

Quand opérer un conflit sous acromial ?

Une opération d’acromioplastie sous arthroscopie peut être proposée  pour soulager ces douleurs d’épaule si le traitement médical s’avère inefficace.

Le traitement conservateur médical

’injections de Plasma Riche en Plaquettesinfiltration échoguidée dans l'épaule

© arthrex.com

Le traitement conservateur médical inclut :

Le conflit sous-acromial est une pathologie qui peut entrer dans le cadre d’une maladie professionnelle.

La rééducation consiste à :

  • réaliser des exercices en décoaptation de l’épaule, une technique de kinésithérapie qui consiste à abaisser la tête humérale afin d’ouvrir l’espace sous acromial.
  • entretenir des amplitudes articulaires satisfaisantes
  • réaliser des auto-étirements
  • faire des séances de balnéothérapie
Embed from Getty Images

Qu’est-ce qu’une acromioplastie d’épaule sous arthroscopie ?

L’opération d’acromioplastie sous arthroscopie consiste à enlever de l’épaule une épaisseur d’os excessive (conflit sous-acromial) responsable d’une inflammation de vos tendons (tendinite).

Il s’agit d’agrandir l’espace de l’épaule pour que les tendons puissent mieux coulisser.

L’arthroscopie d’épaule consiste à introduire dans votre épaule par de petites incisions une caméra vidéo miniaturisée couplée à des instruments spécifiques pour y faire le bilan des lésions et les traiter.

Dans certains cas cependant, une chirurgie avec une incision plus importante peut se révéler nécessaire.

Cette opération d’acromioplastie sous arthroscopie se pratique le plus souvent en chirurgie ambulatoire.

Ténotomie de la longue portion du tendon du biceps

© arthrex.com

Plusieurs gestes visant à faire disparaître les douleurs d’épaule peuvent être associés :

  • Bursectomie (nettoyage de l’inflammation de l’épaule),
  • Résection de l’articulation acromio-claviculaire fréquemment arthrosique,
  • Section du ligament acromio-claviculaire, qui va permettre de libérer de l’espace pour les tendons.
  • Ténotomie de la longue portion du tendon du biceps, souvent cause de douleurs : le tendon est sectionné avec une méthode dite auto-bloquante qui permet une cicatrisation à l’entrée de la gouttière bicipitale.

L’acromioplastie sous arthroscopie peut être associée à une réparation des tendons de la coiffe des rotateurs s’ils sont rompus.

Quelles sont les complications possibles de la chirurgie d’acromioplastie sous arthroscopie ?

Complications précoces de la chirurgie d’acromioplastie sous arthroscopie

Les complications postopératoires immédiates sont rares.

Comme toute chirurgie, il existe tout d’abord un risque d’hématome qui se résorbe en règle générale tout seul. Il peut exceptionnellement nécessiter une ponction évacuatrice ou un drainage chirurgical.

Un trouble de cicatrisation cutanée peut également survenir, tout comme des brûlures (superficielles) parfois en rapport avec le liquide de rinçage,
chauffé par le fonctionnement des instruments.

L’évolution est très souvent favorable avec la poursuite des pansements.

L’infection profonde est exceptionnelle et peut nécessiter une nouvelle chirurgie ainsi qu’un traitement prolongé par antibiotiques.

Fumer est d’ailleurs fortement déconseillé pendant la période de cicatrisation car le tabagisme augmente de manière significative le taux d’infection.

Les consignes de préparation cutanée doivent être soigneusement respectées.

Un caillot de sang peut de façon exceptionnelle se former dans les vaisseaux sanguins du bras (phlébite) avec un risque de migration au poumon (embolie).

Si le risque est jugé important, un traitement anticoagulant préventif sera donné.

Des nerfs ou des vaisseaux sanguins peuvent être touchés pendant l’opération.

Cela peut entraîner des troubles de fonctionnement ou de sensibilité de certaines parties du bras.

conflit sous-acromial : examen de l'épaule

Complications tardives de la chirurgie d’acromioplastie sous arthroscopie

Les complications tardives sont représentées par :

  • les raideurs post opératoires douloureuses liées à une algodystrophie ou une capsulite rétractile.

Il s’agit de phénomènes douloureux et inflammatoires avec rétraction de la capsule entraînant une diminution de la mobilité passive et active de l’épaule, encore mal compris.

Le traitement est médical, peut durer de 6 à 18 mois entraînant une prise en charge spécifique avec rééducation adaptée, bilans complémentaires et parfois prise en charge spécifique de la douleur.

Cela peut parfois entraîner une raideur partielle séquellaire.

Leurs survenues, leurs évolutions et les séquelles potentielles ne sont pas prévisibles.

  • la persistance ou de la réapparition de phénomènes douloureux. Il s’agit alors de la poursuite de l’usure des tendons, ou de la rupture de l’attache des tendons en cas de non-respect des consignes et de la poursuite du tabagisme.
  • L’apparition d’une boule sur le bras due au lâchage d’un biceps abîmé (signe de Popeye) est une évolution classique connue, sans conséquence fonctionnelle, qui ne nécessite aucun traitement.
  • des douleurs séquellaires isolées sans lésion anatomique peuvent néanmoins persister.

Cette liste n’est pas exhaustive et une complication particulièrement exceptionnelle peut toutefois survenir, liée à l’état local ou à une variabilité technique.

Toutes les complications ne peuvent être précisées, ce qu’il faut comprendre et accepter avant l’opération.

Les suites opératoires et la reprise des activités après une acromioplastie sous arthroscopie

Les suites opératoires après une acromioplastie sous arthroscopie

attelle d'épaule Igloo

Vous pourrez le plus souvent rentrer chez vous le jour même (chirurgie ambulatoire).

Une immobilisation par une attelle de cryothérapie est nécessaire pendant environ une semaine (une attelle classique avec une poche de glace peut également être utilisée)

Les premiers jours, vous devez prendre de façon systématique les médicaments antalgiques sans attendre la survenue de douleur.

En effet, une fois installée, la douleur est plus difficile à traiter.

Après quelques jours, les médicaments antalgiques pourront être diminués s’il n’y a aucune douleur.

Dès le lendemain de l’intervention, une infirmière (que vous aurez au préalable contactée) passera à votre domicile pour vérifier les cicatrices et mettre en place des pansements imperméables permettant la douche.

Des précautions sont nécessaires avant de prendre votre douche : vérifier que les pansements sont bien appliqués pour éviter tout risque de contamination et d’infection.

Le retrait de l’attelle est possible au bout de 7 à 10 jours et une rééducation en cabinet de ville est débutée afin de mobiliser votre épaule.

Exercices de rééducation et d’auto-rééducation

Embed from Getty Images

Il est important de respecter scrupuleusement le programme d’exercices de rééducation.

Ces exercices sont indispensables pour éviter que l’articulation ne devienne raide.

Ces exercices peuvent parfois être douloureux au début : on pourra glacer l’articulation avant l’exercice ou prendre si nécessaire un médicament antalgique prescrit.

Convalescence et la reprise des activités après une acromioplastie sous arthroscopie

reprise de l'activité physique après l'opération

Les gestes de la vie quotidienne seront possibles dans les premières semaines à l’exclusion des gestes de force interdits pendant 3 mois.

La conduite automobile est envisageable dès la deuxième semaine, en fonction des douleurs.

La reprise du travail est variable. La durée de l’arrêt de travail est d’environ 15 jours pour un travail de bureau et plusieurs mois pour un travail physique.

La reprise des activités sportives ne sollicitant pas l’épaule est envisageable au bout d’un mois (vélo, course à pied).

Il faut souvent attendre 4 à 6 mois pour reprendre tous les sports, notamment ceux sollicitant votre épaule.

Le temps de récupération de l’épaule varie beaucoup en fonction des patients.

Système de suivi post-opératoire en ligne

suivi post-opératoire en ligne : dossier patient

Le cabinet du Dr Philippe Loriaut utilise un système de suivi post-opératoire en ligne qui permet à votre chirurgien de suivre l’évolution de votre récupération et si nécessaire d’adapter votre traitement.

Vous êtes ainsi mieux informé sur les étapes de votre convalescence et sur vos progrès et pouvez prendre une part active à votre traitement.

Quels sont les résultats à attendre de l’opération d’acromioplastie sous arthroscopie ?

Le but de l’acromioplastie est de vous soulager les douleurs et d’améliorer la fonction globale de l’épaule en traitant les causes de la douleur.

Cependant, le soulagement total des douleurs n’est pas garanti.

L’amélioration peut être seulement partielle.

En effet, cette opération traite les causes de la souffrance des tendons de la coiffe mais l’inflammation des tendons ne peut être retirée.

Seul le temps permettra la diminution de l’inflammation.

Des douleurs climatiques ou positionnelles peuvent persister avec le temps, mais la grande majorité des douleurs préopératoires disparaissent progressivement.

Si un geste a été réalisé sur la longue portion de votre biceps car il était jugé responsable de douleur par votre chirurgien, il est possible que vous présentiez, immédiatement ou non, une modification de la forme de votre biceps sous forme de boule appelé signe de Popeye.

Ceci n’a aucune conséquence sur la récupération de la force de votre bras.

Le taux de succès de ce traitement chirurgical est de 90%

Le taux de complications est inférieur à 1%

Les points forts de la technique d’acromioplastie sous arthroscopie :

  • opération mini-invasive
  • cicatrices minimes avec 3 incisions de quelques millimètres.
  • douleurs postopératoires diminuées,
  • récupération fonctionnelle plus rapide
  • moindre risque d’infection

La chirurgie arthroscopique permet de diagnostiquer et si besoin de traiter les éventuelles lésions associées (lésions SLAP, ruptures de coiffe), que l’on rencontre dans près de 30 % des cas.

Auteur : Dr Philippe Loriaut, Chirurgien Orthopédiste – chirurgie arthroscopique – pathologies du sport – spécialiste de l’arthrose – chirurgie mini-invasive et percutanée.