Dr Philippe Loriaut | Chirurgie Orthopédique | Traumatologie du Sport | Tél. 01 86 95 49 76 |contact@ChirurgienOrthopedisteParis.com
Athlétisme 2017-11-13T14:01:13+00:00

PRINCIPALES BLESSURES LIEES A LA PRATIQUE DE L’ATHLETISME

BLESSURES DU MEMBRE SUPERIEUR

Les blessures du membre supérieur sont présentes dans les disciplines de lancers (poids, javelot, disque, marteau).

Quel que soit le lancer pratiqué, l’effort est brutal, intense et provoque des contraintes importantes du bras propulseur. Il s’agit essentiellement de lésions de l’épaule et du coude.

  • Lésions des tendons (tendinite, entorse ou rupture) de l’épaule et du coude et du poignet.
  • Lésions musculaires (élongation, claquage, déchirure ou rupture) des muscles de l’épaule et du bras (biceps, coiffe des rotateurs)

Pour en savoir plus sur le traitement chirurgical de la rupture des tendons de la coiffe des rotateurs de l’épaule…

traumatismes en athlétisme

BLESSURES DU MEMBRE INFERIEUR

LESIONS MUSCULAIRES DES ISCHIO-JAMBIERS

Les lésions des muscles ischio-jambiers sont très fréquentes en athlétisme. Les disciplines où prédominent ces lésions sont celles comprenant des accélérations et des sprints.

L’examen clinique permet de faire le diagnostic. Une échographie ou une IRM pourra être nécessaire afin de préciser la sévérité de la lésion et les délais de reprise du sport.

La prise en charge immédiate après le traumatisme comporte la mise en place d’un bandage compressif. La mise au repos des muscles ischio-jambiers est réalisée par l’utilisation de béquilles les premiers jours. Une contention pourra également être réalisée afin de limiter la mise en tension du muscle.

Le sportif devra réaliser plusieurs fois par jour des séances de cryothérapie et garder le membre inférieur surélevé.

Les massages de la blessure doivent être évités en phase aiguë car ils peuvent être responsables de l’apparition de calcifications, d’une cicatrisation inadaptée et de complications veineuses.

Après quelques jours, les séances de rééducation pourront commencer. Elles comprendront des séances de drainage du membre afin d’éviter un enkystement de l’hématome. Les massages profonds seront réalisés avec prudence après la phase de repos initial.

Les ischio-jambiers seront mis en tension de façon douce afin de guider leur cicatrisation. Un travail proprioceptif passif sera possible grâce aux vibrations tendineuses qui vont permettre d’activer les cellules musculaires de façon douce.

Des étirements musculaires prendront ensuite le relais des mises en tension douce. Ils permettront de travailler l’élasticité et la souplesse du muscle atteint. Le travail de renforcement musculaire devra être progressif renforcement musculaire.

La reprise de terrain insistera sur le geste sportif et sur la prévention de nouvelles lésions.

Les lésions des muscles ischio-jambiers sont très fréquentes en athlétisme.

Les lésions des muscles ischio-jambiers sont très fréquentes en athlétisme.

FASCIITE OU APONEVROSITE PLANTAIRE (EPINE CALCANEENNE)

La fasciite plantaire ou aponévrosite plantaire est une pathologie fréquente dans le football. Cette pathologie est aussi appelée épine calcanéenne.

Elle se manifeste par des douleurs du talon (talalgies), d’apparition souvent progressive.

Le fascia ou aponévrose plantaire correspond à une membrane tendue entre l’os du talon (calcanéum) et les orteils. Cette aponévrose permet le maintien de la voûte plantaire.

La répétition de micro-traumatismes sur cette structure est responsable de fissures en particulier à proximité de son insertion sur le calcanéum.

Ces micro-déchirures à répétition sont responsables d’une inflammation et de l’épaississement de l’aponévrose plantaire ainsi que de l’apparition de calcifications formant l’épine calcanéenne.

Le traitement médical est généralement suffisant pour guérir l’aponévrite plantaire.

Il comprend dans un premier temps des étirements du fascia plantaire, des semelles orthopédiques et des anti-inflammatoires.

En cas d’insuffisance de ce traitement, des séances d’ondes de choc et/ou des infiltrations de corticoïdes peuvent être réalisées.

En cas d’échec du traitement médical, la chirurgie peut alors être proposée.

En savoir plus sur le traitement chirurgical de l’aponévrosite plantaire.

Poser une question au Dr Philippe LORIAUT